Le château de Mélac

 

La visite du château de Mélac (à quelques kilomètres de la Communale), sauvé de la ruine par ses actuels propriétaires, permet de melac1découvrir une architecture variée dont une surprenante cour intérieure avec arcades où ont lieu des concerts d’été et une salle de gardes à croisées d’ogives. Mélac a reçu le prix spécial du jury VMF 2009, pour l’ensemble de sa restauration.

Un repaire du sud Rouergue

Lorsque vous arrivez par le Causse du Larzac et que vous plongez en direction de la vallée du Cernon, après environ 300 mètres de dénivelé, en contrebas de la route, sur votre droite, dans un vallon au pied du Sargel, vous découvrez Mélac… Surprenante apparition de ce hameau qui semble toujours sous la protection de son château, tant est fort le contraste des masses entre le groupe des maisons resserrées et basses et, en arrière plan, la silhouette massive des tours et des murs du « repaire » médiéval.

Une famille d’Hospitaliersmelac2
Mélac, c’est le souvenir d’une des plus noble et des plus ancienne famille féodale du sud Rouergue, les Gozon, dont l’un des membres, Dieudonné, devint grand maître de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de 1346 à 1353.

Le château de Mélac, maison seigneuriale fortifiée, semble construit au creux d’un vallon. Il est en réalité établi sur une assise rocheuse dominant le ravin du ruisseau du Lessude qui, au Moyen Âge, permettait de rejoindre le plateau du Larzac à partir de la vallée du Cernon. Le choix de ce site, semble avoir été dicté par l’agrément qu’il offrait.

Le château est de plan rectangulaire de 32 m par 22 m et il était, à la fin du 15ème siècle, doté de quatre tours reliées par quatre corps de logis délimitant intérieurement une cour. Mélac n’a pas été conçu selon un plan initial d’ensemble parfaitement défini aussi, par ses différentes architectures, l’on perçoit toute la complexité de son évolution du XIVème au XVIème siècle.

Un destin douloureuxmelac3

S’appuyant sur un mas, Mélac est au début du XIVème siècle constitué de trois corps de logis formant un U flanqués de deux tours. Lacour était fermée au sud par un mur couronné de mâchicoulis. A la fin du XIVème siècle, la branche aînée de la famille Gozon s’installe définitivement à Mélac lorsque le château des Costes Gozon, alors leur demeure principale, est ruiné. L’on construit donc au XVème siècle le corps de logis sud-ouest, puis s’y ajoutent les arcades et galeries des bâtiments nord-ouest et nord-est. A la même époque sera élevée la tour nord. Ce n’est qu’au 16ème siècle qu’est construite, simplement plaquée aux bâtiments existants, la tour Renaissance sud.

Lorsque la branche aînée des Gozon s’éteint en 1654, Mélac entre dans la famille Montcalm qui s’en désintéresse et le donne à ferme en 1685. Son déclin est engagé, il s’amplifie à partir de la Révolution Française lorsqu’il sera vendu comme bien national.

Témoin architectural

Du XIVème siècle, l’on remarquera la salle des gardes à voûtes d’ogives en tuf. Les clés de voûtes portent les armes de la famille de Gozon. Une grande cheminée du XIVème siècle en grès rose du Saint-affricain orne cette salle. Également du XIVème, le corps de logis nord-ouest, avec une grande salle voûtée en plein cintre partiellement creusé dans le rocher sur plus d’un mètre. La strate inclinée du rocher en constitue le sol. C’était les écuries du château. Contiguë à cette salle, une cave creusée à même le rocher et voûtée. Au début du XXème siècle, cette cave dite « bâtarde » servait à l’affinage du fromage de Roquefort. En y pénétrant, l’on ne peut s’empêcher de penser au cachot où Jean IV de Gozon fut enfermé en 1581 pendant plusieurs mois lorsque le château fut pris par les Huguenots. Les corps de bâtiment sud-est (XIVème) et sud-ouest (XVème) constituaient, la partie noble du château comme en atteste la présence de fenêtres à croisée de meneaux donnant sur la cour intérieure et sur les façades extérieures.

La tour nord du XIVème siècle, par sa situation à l’aplomb du ravin du Lessude et l’exiguïté de ses pièces, était destinée au guet et à la défense.

Du XVIème siècle, haute de ses 17 mètres, la tour sud est remarquable par ses trois étages en coupole. Le premier étage est éclairé par une fenêtre Renaissance. Le deuxième étage comporte quatre petites fenêtres sur sa circonférence qui étaient autant de postes d’observation.

La cour intérieure est l’une des plus grandes que l’on connaisse pour ce type de demeure dans la région. Cette cour est unique par le jeu de ses arcades. Au centre, une citerne creusée à même le rocher servait à collecter les eaux de pluie.

Par ses nombreux vestiges, Mélac est un témoin essentiel de l’architecture du sud Rouergue.

JOURS D’OUVERTURE
Juillet, Août : tous les jours (sauf le vendredi) de 14h à 20h

Juin et Septembre sur rendez-vous pour les groupes ACCES

12490 SAINT ROME DE CERNON Tél. : 05 65 62 31 38 Email : chateaudemelac@gmail.com

Nos sources et pour en savoir plus :

http://www.seigneurs-du-rouergue.fr