Le Musée Soulages

 

Le Musée Soulages est situé à Rodez à quatre-vingts kilomètres de la Communale.bty

Le Bâtiment :

 «Le musée naît du parc, qu’il participe à restructurer, à ordonner, à révéler et à clarifier.» (RCR arquitectes).

Respectueux de l’environnement paysager, le bâtiment est organisé en un enchaînement de volumes parallélépipédiques. Les intervalles ne sont pas sans rappeler les traditionnelles fenestras aveyronnaises qui offrent une vue sur l’horizon et sont propices à la contemplation. Ouverte sur le jardin, la façade sud n’excède pas les trois mètres tandis qu’au nord, les boîtes sont en porte-à-faux au dessus d’un chemin de promenade.

«Le bardage en acier Corten, dont la patine porte la marque du temps s’intègre parfaitement dans l’environnement végétal du parc. Ce n’est pas un matériau inerte et aseptisé. Par ailleurs, son chromatisme n’est pas sans rappeler le grès rose de Rodez. » (RCR arquitectes) Les nuances de cet acier évoquent aussi le travail de Pierre Soulages.

L’Exposition permanente.

Pierre Soulages est natif de Rodez et son oeuvre est représentée dans près de 90 musées dans le monde. L’idée de créer un Musée Soulages à Rodez lui fût proposé par l’ancien maire Marc Censi.

L’idée fut validée par l’artiste en raison de la proximité de la cité ruthénoise et du village de Conques et à une condition «qu’une partie du musée soit réservée à d’autres créateurs».

« J’ai accepté, car ce projet est lié à l’abbatiale de Conques, un lieu proche de Rodez, auquel je suis très attaché. Adolescent, j’ai tellement été bouleversé par la beauté de l’architecture de cette église que j’ai décidé de me consacrer à l’art. Lorsqu’on m’a demandé de réaliser ses vitraux, je n’ai pas hésité. Ce travail a occupé sept années de ma vie.»

La première donation, d’environ 250 œuvres, comprend des peintures sur toile, des peintures sur papier, des eaux-fortes (avec les plaques de cuivre), des lithographies, des sérigraphies, des bronzes, ainsi que la totalité des travaux liés à la création des vitraux de l’abbatiale de Conques (vitraux, essais de verre, cartons grandeur nature, archives et documents divers) mais aussi un ensemble unique, dont des gouaches, des encres et les Brous de noix et un fonds documentaire (livres, films, photographies, correspondances, articles, documents). Avec une seconde donation, comprenant de nouvelles pièces, dont un « outrenoir » de 1986 de grande taille, c’est un fond de 500 œuvres et documents qui auront été données par l’artiste.   Musée Soulages.musee soulages2

Les Expositions temporaires : du 21 juin 2019 au 3 novembre 2019 « Yves Klein »

En 2006, l’architecte de la « fonction oblique » Claude Parent se souvenait d’Yves Klein : «…On ne peut pas dire qu’il était un tenant de l’utopie. Je crois que c’est un inventeur d’un monde différent qui a des relations aussi profondes avec le passé qu’avec ce qui va venir peut être. » Pas de chaos chez Yves le monochrome, mais une formidable envie d’inventer ; le champ du possible est ouvert. Yves Klein se dresse parmi les premiers à mettre son action, ses actes, comme un idéalisme constructif au service de l’art. Il participe au groupe Zéro, d’où sa familiarité avec l’Allemagne, à la création des « Nouveaux Réalistes ». Le fameux saut dans le vide du peintre de l’espace, le 27 novembre 1960, photographie immortalisant le geste créatif à Fontenay-aux-Roses, multipliée par le biais de la publication d’un journal, c’est sa dévotion à l’immatériel, sa libération définitive des éléments à venir que furent la couleur, le feu, l’eau, le vent… Bien que mort prématurément, l’influence d’Yves Klein est considérable pour les arts plastiques. Vidéo

Voilà ce que dit Klein qui déclare sa flamme au fameux bleu IKB (International Blue Klein) une manière de peindre déclarée à l’I.N.P.I. Le Bleu de Klein est une marque de fabrique et un état d’esprit, scellée par sa pratique monochrome, c’est-à-dire peindre au rouleau sur une surface de toile. La couleur est unie, ne tremble pas. C’est une couleur sans pathos. Il y a bien entendu d’autres couleurs, mais ce qui compte est dans l’évocation de ces cris bleus, la radicalité du geste, sa continuité, la route à tracer, notamment avec l’intervention du corps, les fameuses Anthropométries qui viendront par la suite.

L’exposition de Rodez est une rétrospective solide d’une cinquantaine de pièces. Nous avons à cœur de présenter un ensemble de tableaux représentatifs de l’œuvre qui, si il fut court à l’échelle du temps, reste considérable, plus de 1 500 peintures : Monochromes, Reliefs éponges, Peintures de feu, Sculptures éponges, Anthropométries, Portraits reliefs, Globes terrestres, Cosmogonies, Obélisques, Exvotos, Monogolds… L’exposition est complétée par des vidéogrammes, des photographies, des documents de transaction conçus par le peintre avec ses collectionneurs, des livres…

« Déjà autrefois, j’avais refusé le pinceau trop psychologique, pour peindre avec le rouleau plus anonyme, et ainsi tâcher de créer une « distance » tout au moins intellectuelle, constante, entre la toile et moi, pendant l’exécution ».

L’exposition à Rodez c’est l’éclosion d’un laboratoire d’idées et de formes, proche de l’humain, comme une révolution. Les modèles nus de Klein, enduits de pigments, frôlant la flamme et le feu, naviguent librement sur la surface de la toile ; l’empreinte n’a rien d’autoritaire. C’est la liberté.

 Les billets d’entrée sont couplés avec le Musée Fenaille et ses statues menhirs.

Café Bras

Le musée Soulages recèle en son cœur le Café Bras, conçu par Michel Bras et son fils Sébastien, grands chefs cuisiniers, intallés à coté de Laguiole, sur l’Aubrac. Deux espaces distincts, pour manger rapidement ou bien prendre son temps, avec des plats attachés à l’identité de l’Aveyron, mais aussi une cuisine de marché. Vous pouvez manger des tripoux, au petit déjeuner, dans la plus pure tradition rouergate. Cafe Bras

Site des Amis du Musée Soulages : Amis du Musée Soulages